La police veut augmenter les chances d'être pris avec des brigades volantes

Avertir rapidement via Twitter d'un contrôle d'alcool ? Oublie. Lors de la nouvelle campagne bob, qui démarre à la fin de ce mois, la police mise plus que jamais sur les brigades volantes. Avec un tel "bob-up check", les agents restent au même endroit pendant quinze minutes puis réapparaissent rapidement à un autre endroit. « De cette manière, nous augmentons la qualité et les chances de détection de nos inspections », déclare le ministre compétent Jan Jambon (N-VA).

Un rapide coup d'œil sur Twitter montre que les médias sociaux rendent les choses assez difficiles pour la police. Par exemple, si vous gardez un œil sur les tweets de Police Control et Flash Control, vous pouvez facilement contourner une action. Rien qu'hier, une quarantaine de messages concernant des contrôles de police prévus et inopinés ont été répertoriés. Souvent en détail : « Abeelstraat, à Malines. La police est au milieu de la rue. Ou : « Paalsesteenweg, Beringen, près du snack-bar.

« Nous voulons augmenter la qualité de nos audits. C'est pourquoi nos forces policières doivent travailler intelligemment. Et cela peut se faire en organisant des contrôles rapides et courts. Vous le verrez encore plus souvent lors de la prochaine campagne bob", déclare Olivier Van Raemdonck, porte-parole du ministre compétent Jan Jambon.

Un 'bob-up check' peut parfois se terminer au bout d'une demi-heure, après quoi les services de police se déplacent vers un autre endroit. "Cet effet de surprise est vraiment nécessaire si nous voulons éliminer les conducteurs ivres de la circulation", a déclaré Peter Dewaele, porte-parole de la police fédérale. "C'est pourquoi nous envoyons également des policiers supplémentaires sur la route pendant cette campagne pour détecter les comportements de conduite ostensibles. Une voiture qui freine et accélère brusquement, qui dévie soudainement de sa voie ou se met à osciller : nous éliminerons ces conducteurs plus rapidement. »

Pour la prochaine campagne bob, la police s'est fixé l'objectif de 250 000 contrôles d'alcool. Autant que l'an dernier. Ce nombre a été facilement atteint : un total de 409 000 chauffeurs ont dû souffler. La question est de savoir si cet objectif sera également atteint dans cette campagne bob. Les services de police sont toujours fortement interpellés par la terreur de niveau 3. « Les services de police sont effectivement sous pression, mais ce n'est pas une raison pour réduire le nombre de contrôles d'alcoolémie. Cela reste une priorité absolue », selon Jambon. Le syndicat de police VSOA craint le travail de bande. « Un tel objectif ne profite pas à la qualité de nos audits. Si nous avons un conducteur soufflé, nous devons également demander les papiers de son véhicule. Et vérifiez si la voiture est assurée et immatriculée. Nous ne pouvons pas le garantir pour le moment", a déclaré le porte-parole Vincent Houssin.

La source: Le journal 15/11/2016

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.